Je sais…

DSCF0194

Je sais,
Les stigmates du voyage,
Qui vous laissent en marge,
Sans aucun bagage,
Pour avoir eu le courage,
D’assumer ce que vous êtes,
Jouant ainsi les troubles-fêtes,

Je sais,
Le naufrage de vivre sans toit,
De tout laisser derrière soi,
Sans savoir où l’on va,
Où le vent vous mènera,
Le froid des jours sans armes,
Les yeux noyés de larmes,

Je sais,
Le vide de l’absence,
Le trop plein de silence,
Aux allures de sentences,
Le poids de la souffrance,
Finir par s’en poudrer la face,
Blanchit au fond d’une impasse,

Je sais,
Ce qu’est perdre ses repères,
Essuyer tous les revers,
A en mordre la poussière,
Commettre bien des travers,
Le cœur couvert d’ecchymoses,
L’âme menacée d’overdose,

Je sais,
Que l’humain est une maison,
Qu’il soit vagabond ou non,
Que son ennemi est l’abandon,
Et sa meilleure amie la passion,
Que chacun se nourrit d’espoirs,
Entre les défaites et les victoires,

Je sais,
Ce que signifie « jamais »,
Tant il est mal employé,
« Toujours » en est son reflet,
Mais déguisé rien n’y paraît,
Je sais parce que j’ai appris,
J’ai appris l’essentiel de cette vie !

© Dizzidence

Mentions Légales Propriété intellectuelle

Publicités

Les sentiers de mon existence

Les sentiers de mon existence

Longtemps j’ai survolé ma vie,
Tel un oiseau cherchant son nid,
Mais effréné par les hauteurs,
J’ai pris conscience de mes peurs,

J’ai côtoyé des anges et des démons,
Reçu leurs louanges et leurs sanctions,
Pour avoir mis mon corps à nu,
Pour quelques déconvenues…

Sur les sentiers de mon existence,
Je connais l’artère des souffrances,
L’immense jungle des apparences,
Et surtout les remparts de l’espérance,

Il faut faire parti d’mon voyage,
Pour en connaître ses paysages,
De mes espoirs naïfs de bambin,
A ma vision du monde en déclin,

De mes rêves qui m’échappent,
A la réalité qui me rattrape,
Quelle faible nuance qu’est l’envie,
Et le simple fait d’être en vie!

Sur les sentiers de mon existence,
Je fais face à l’intolérance,
De ceux qui manquent de clairvoyance,
Et condamnent les différences,

J’écris sur des parchemins,
Les légendes d’une vie sans fin,
Pour oublier les sombres souvenirs,
Et susciter la lumière de l’avenir,

Que me réserve ma destinée?
Quelle sera la couleur de ses reflets?
Je sais qu’il faut bien peu d’choses,
Pour atteindre l’apothéose…

Sur les sentiers de mon existence,
J’apprends à vivre dans l’urgence,
Mon âme brise le miroir du silence,
Et trouve enfin la délivrance!

© Dizzidence

Mentions Légales Propriété intellectuelle

Not Without You

 

Alex santon1

 

Une lueur sombre dans la pénombre du soir,
Et des ombres qui dansent dans mon regard,
Il y a un début à toutes les histoires,
Les plus inattendues naissent du hasard,

Peu importe l’endroit et le moment,
On se moque du pourquoi du comment,
Un ange-gardien revêtu de blanc,
Le destin comme signe bouleversant,

Des sanglots campés sous mes paupières,
L’écho de ta voix qui transperce ma chair,
Soulage mes maux et fait entrer la lumière,
Je voyage émotive en ton univers,

Comme un abri où j’aime me réfugier,
Ta magie ne cesse de me troubler,
Côtoyant les bords du vide en secret,
Tu ignores combien d’fois tu m’as sauvée,

La beauté des abîmes de ton cœur,
Est un reflet aux dix mille couleurs,
Toutes très fidèles à tes valeurs,
Très naturelles et pleines de douceurs,

Tout message écrit à ses raisons,
Le langage d’une vie c’est la passion,
La mienne aujourd’hui porte ton nom,
Tu m’entraînes au-delà des horizons…

© Dizzidence

Mentions Légales Propriété intellectuelle

La tour des vents

983549_HQQ5RVILKF55OVN8328E4P4BSOHVE1_3174467717-1-3-wypbfcv5_H185553_L

C’est dans un moment de déroute,
Que je viens me confier à toi,
L’âme perdue entre deux routes,
J’ai si souvent froid sans toi,
Je me sens tellement vagabonde,
Ici au milieu de ce monde,
Pas à ma place parfois,
Voire même un peu hors-la-loi,

En apparence, en surface,
On n’voit que quelques traces,
Mais c’est sous la carapace,
Que se cachent les blessures,

J’ai passé sous silence,
Chacune des nuits sans sommeil,
Et mes jours de décadence,
A claquer tout mon oseille,
C’est un sentiment coupable,
D’avouer que j’me sens responsable,
Que rien ne me console,
De ton ultime envol,

En apparence, en surface,
On n’voit que quelques traces,
Mais c’est sous la carapace,
Que se cachent les blessures,

Ils m’ont condamnés,
En posant sur mon visage,
Ce masque aux mille secrets,
Qui m’a rendu si sauvage,
Apprendre à faire des choix,
Le monde est foutu comme ça,
Que j’accepte les choses ou pas,
Je n’ai parfois pas le choix,
Je t’entends si souvent,
Me parler tout bas,
Dans la brise du vent,
Je te sens avec moi,

Si souvent, je te sens avec moi…

© Dizzidence

Mentions Légales Propriété intellectuelle

C’est dans la tête

C'est dans la tête cc

Je ne comprends pas ces gens qui se plaignent d’un rien,
C’est agaçant, si seulement ils savaient à quel point!

Que peut-il y avoir d’intéressant,
Dans le fait de se lamenter constamment,

Ça n’enlève absolument rien à leurs soucis,
Mais je crois que ça, ils ne l’ont pas compris!

D’ailleurs souvent ils n’en ont pas,
C’est juste qu’ils se persuadent que rien ne va…

Si on les écoute, tout n’est que misère,
Et moi je pense que chez eux, tout est à refaire!

Je trouve qu’ils n’ont vraiment aucun respect et aucun coeur,
Vis à vis de toutes ces personnes qui vivent réellement dans la douleur!

© Dizzidence

Mentions Légales Propriété intellectuelle

Infos « passages » webradio ppandco.fr

Le lundi 13 Janvier 2014, j’ai eu l’honneur de participer à l’émission « Spéciale 70 ans du Hors Humain » dans Confidences pour confidences sur la webradio ppandco.fr.
C’est à la fois, avec plaisir et timidité que j’ai accepté l’invitation de Carole Trappler et du Hors Humain.
Une intervention réservée au départ puis plus détendue par la suite dans l’émission, qui m’a permise de m’ouvrir davantage moi qui suis une personne très introvertie et qui manque de confiance en elle lorsqu’il s’agit de m’exprimer autrement que par écrit.

Expérience réitérée par une nouvelle invitation de Carole, afin d’apporter mon témoignage le dimanche 02 Février 2014 dans l’émission ayant pour thème « La sexualité si on parlait ».
C’est beaucoup plus « libérée », sans complexes ni tabous que j’ai répondu aux questions de Carole et peut être éclairée quelques auditeurs sur la question suivante : L’homosexualité diffère t’elle vraiment de la sexualité hétérosexuelle?

C’est aussi une façon un peu plus personnelle de me connaître pour tous ceux qui ne connaissent que mes écrits.

Vous pouvez réécoutez ces deux émissions en suivant le lien ci-après :
http://www.ppandco.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=106&Itemid=728

Pour l’émission du 13 Janvier 2014, sélectionnez l’émission « Spéciale Anniversaire du Hors Humain, Lun 13 Janv 2014″
A travers l’émission vous pourrez découvrir le Hors Humain qui est un personnage atypique, un beau personnage qui personnellement me touche beaucoup.
1546279_1519237774968186_1999734739_n

Pour l’émission du dimanche 02 Février 2014, sélectionnez l’émission « Spéciale Sexualité Dim 2 Février 2014 »
1011739_1522652894626674_597159688_n

Je souhaite remercier tout d’abord, Le Hors Humain, un homme qui possède un sens profond de l’échange et de la beauté!
N’hésitez pas à le découvrir à travers son livre intitulé « Hors humain » disponible sur Amazon.fr
1654068_796548930358860_151613440_n

Et évidemment comment ne pas remercier Carole, qui m’a poussée à sortir de ma carapace et surtout m’en a donnée la possibilité! Merci.
Vous pouvez également rejoindre Carole, sur sa page facebook afin de suivre les actualités de ses émissions, mais aussi ses projets personnels.
https://www.facebook.com/Confidencesaveckarol?fref=ts

A bientôt les amis.

© Dizzidence

Cette inconnue

Cette inconnue

On a tous en nous une force intérieure,
Dissimulée sous notre candeur,

On ne saura jamais vraiment,
De quoi son intensité dépend,

Avec elle, il faut s’attendre à tout,
Tout en sachant qu’elle est parfois à bout,

Elle nous aide à tout supporter,
Même lorsque l’on se sent désemparé,

Elle s’exprime toujours en silence,
Et vous guide dans vos moments d’errance,

Elle nous accompagne dans l’effort,
En dedans et en dehors,

On ne peut pas la ressentir,
Mais on sait qu’elle nous fait tenir,

Sachez qu’elle sera toujours capable,
De surmonter l’insurmontable!

© Dizzidence

Mentions Légales Propriété intellectuelle

Ce temps que je n’ai pas…

Plus-Le-Temps

Je ne saurai te dire vraiment,
Combien de temps il me reste à vivre, 
J’ai beau me battre constamment,
Je ne fais que survivre,

Parfois je m’offre une trêve,
Je n’espère même plus,
Je m’accroche à mes rêves,
Même si ils paraissent superflus,

Il y a ce je ne sais quoi en moi,
Qui m’empêche de sombrer,
Cette chose qui fait qu’en aucun cas,
Je ne me sens le droit d’abandonner,

La seule chose dont je suis convaincu,
C’est que je n’ai pas peur,
Jusqu’au bout je me serai battu,
Même dans les pires moments de douleurs,

Toi et moi nous savons que c’est ainsi,
Que l’on ne peut pas changer mon destin,
Pour tout le monde il y a un début à la vie, 
Mais aussi une fin. 

© Dizzidence

Mentions Légales Propriété intellectuelle

Libre

Libre

Pourquoi accordais-je de l’importance,
A  ce que tous ces gens pensent?

Cela m’est complètement égal,
Qu’ils ne me croient pas normal,

Pour eux je ne suis pas ordinaire,
Je ne vais pas leur dire le contraire,

Régulièrement ils m’inventent des vies,
Sans doute pour combler leur ennui,

Chez toutes ces personnes c’est rédhibitoire,
De sans cesse raconter des histoires,

Moi je trouve cela plutôt marrant,
Cette drôle de façon d’occuper leur temps…

Cela dit nous sommes bien loin,
Du respect des libertés de chacun!

© Dizzidence

Mentions Légales Propriété intellectuelle

L’amour sous toutes ses formes (réservé à Régis Flécheau)

L'amour sous toutes ses formes

Qu’est ce qu’une histoire d’amour normale?
Une relation qui aux yeux des autres est morale?

Le fond de ma pensée à ce sujet,
C’est tout simplement que l’on ne choisit pas d’aimer,

L’amour n’est pas une question de sexe,
Bien au delà, c’est beaucoup plus complexe,

On croise au hasard quelqu’un qui dans notre coeur s’impose,
Qui fait naître en nous des sentiments qui se supposent,

On admire chez cette personne sa beauté intérieure,
Qui peint sur notre coeur tellement de belles couleurs,

Notre âme se perd, l’émotion nous envahit,
On comprend alors que ce quelqu’un nous a saisi,

Que quoi que l’on fasse et qui que ce soit,
L’amour s’est imposé à nous sans libre choix,

Et que ce que l’on a à faire de mieux,
C’est de l’assumer  pour être enfin heureux! 

© Dizzidence
Mentions Légales Propriété intellectuelle